Cortona : une histoire infinie

Cortona in Arezzo, Tuscany

 650 mètres de hauteur, entre les vignes et les oliviers, Cortona donne sur l'un des plus vaste et harmonieux panorama d'Italie. Ses origines se perdent dans la légende et le mystère: Virgile soutient que, après avoir fondé Cortona, Dardanos partit pour l’Orient et il bâtit la ville de Troie. De plus, des écrivains grecs tels que Théopompe, Aristote et Lycophrone affirment que Ulysse est mort à Cortona.
Il est cependant vérifié que, du temps des Etrusques, Cortona fut l’une des douze Lucumonie. Les Grecs l’appelèrent Croton, Tito Livio lui donna le nom de Cortona et Virgile l’évoqua dans son Enéide sous le nom de Corytus.
Les impressionnants murs d’enceinte, la pièce de très grande valeur conservée dans la salle du Musée de l’Académie étrusque avec d’autres très précieux objets et œuvres d’art témoignent de son appartenance à la civilisation étrusque. La récente découverte de la tombe monumentale appelée “Melone II del Sodo”, datant de la première moitié du VI siècle avant JC, resitue le rôle fondamental de cette ville dans le domaine de la civilisation et de l’art étrusque.

lle devint une colonie romaine au temps de Lucio Cornelio Silla. Le 24 juin 217 av. JC, aux alentours de Cortona près du lac Trasimène, Hannibal, durant la seconde guerre punique, poussa l’armée romaine dirigée par le consul Flamininus au désastre, l'un des massacres les plus sanglants de l'histoire. Durant les invasions barbares, Cortona fut dévastée par les Goths (450 ap. JC.).
Les nouvelles de cet évènement refirent seulement surface au XIII siècle une fois devenue une commune libre et florissante avec sa propre monnaie et souvent en guerre ouverte avec Arezzo. Elle fut du côté des Gibelins et reçut les visites et les privilèges des empereurs Fréderique II de Suède et Henri VII du Luxembourg.
En 1325, la famille Casali, pour ses mérites politiques, obtint la Seigneurie de la ville et la conserva jusqu’en 1409. En 1529, Cortona suivit les sorts du Grand-duché de Toscane, d'abord sous les Médicis, puis en 1737 sous les Lorena et, avec le plébiscite de 1860, entra finalement dans le nouveau Règne d’Italie. Les bâtiments, les églises et les hommes illustres de Cortona confirment sa tradition médiévale et de la Renaissance.

Melone etrusco Sodo in Cortona

Le Palais Casali, l’un des plus importants et nobles bâtiments de la ville, possède une façade du peintre Filippo Berrettini évoquant le début du XVII siècle. La partie intérieure date du XIV siècle. Ce fut la résidence des Casali, les Seigneurs de la ville. C'est actuellement le siège de l'Académie étrusque, du Musée de l’Académie et de la Bibliothèque. L’hôtel de ville :
Les plus anciennes structures (XIII siècle), avec la salle du conseil, demeurent bien visibles sur le côté entre Piazza della Repubblica et Piazza Signorelli. Depuis le XVI siècle, le beffroi et le grand escalier d’accès ont été ajoutés.
Le Palazzo Passerini
, construit au XIII siècle, était la résidence des capitaines du peuple. Le centre médiéval de la ville domine avec l’hôtel de ville. En 1514, il fut donné au Cardinal Silvio Passerini qui accueilli, l’année suivante, son ami le Pape Léon X.
Le Palazzo Mancini-Sernini s’élève au début de Via Guelfa et il est le siège de la Banque Populaire de Cortona. On pouvait lire une inscription, maintenant presque effacée sur la prestigieuse et élégante façade, disant qu’il fut construit en 1533.

 quelques mètres de là, sur le côté gauche de Via Guelfa aux numéros 11 et 15, on peut admirer les façades de deux autres bâtiments, eux aussi de la Renaissance. Dans la partie la plus haute de la ville se dresse l'exceptionnelle Forteresse Médicienne du Girifalco.
Le grandiose monument militaire s’élève sur les ruines d’une forteresse édifiée par les guelfe-arétins (de Arezzo) en 1258. Au milieu du XVI siècle Cosimo de Médicis fit reconstruire la forteresse telle qu’elle se présente actuellement d’après le projet du peintre cortonais Francesco Laparelli, collaborateur d’Antonio da Sangallo.

Appart.: Arrivée: Scegli la dataNuits: Adultes: Enfants: Invia